Actu Web Publié par le

La retraite des Députés/Sénateurs ne se réforme pas

En plein débat sur la réforme des retraites, il m’est venu une petite question bête.
Qu’en est-il de la retraite de nos chers députés, sénateurs et hauts fonctonnaires de l’état qui oeuvrent pour notre bien ?
Et là, GROSSE surprise ??? (enfin à peine…) Après quelques recherchent sur la toile, une évidence s’est imposée. Mais de qui se moque-t-on!
La réforme ne devrait-elle pas commencée par s’attaquer aux régimes hyper favorisés des députés, sénateurs et autres hauts fonctonnaires pour faire des économies.

Petit état des lieux :

Pour un député, 1550 € de pension par mois, après seulement 5 ans de cotisation à hauteur de 1250 € par mois. Au bout d’un deuxième mandat, ces 1550 € deviennent 3144 €.
Le régime de retraite des députés fonctionne par répartition, mais leur caisse n’est alimentée qu’à hauteur de 12 % par des cotisations.
Le solde du financement est assuré par une subvention votée par les… parlementaires et payée par l’Etat, donc les contribuables.
Le régime des députés coûte aux Français la bagatelle de 52 millions d’€uros par an, sur les 60 millions de prestations versées.
Autre avantage : ils peuvent cotiser double pendant 15 ans, puis 1,5 fois les 5 années suivantes. Ils auraient tort de s’en priver puisque le rendement de leur régime est imbattable : pour 1 €uro cotisé, un député touchera 6 €uros à la retraite, contre 1 à 1,5 €uro pour un Français lambda. Ainsi, en seulement 22,5 années un député validera l’équivalent d’une carrière pleine, soit quarante annuités.

Pour un sénateur, 1912 €. La retraite pleine s’élève à 6000 € mensuels après seulement 22 années de cotisations.
Les sénateurs peuvent aussi cotiser double et le rendement de leur régime est équivalent à celui des députés. Leur caisse fonctionne, en partie, par capitalisation.
Les cotisations couvrent 43% des dépenses, le reste est financé par les intérêts de leurs placements. Leur régime a le mérite d’être bien géré puisque fin 2008, leur caisse était excédentaire de 575 millions d’€uros, ce qui leur permet d’assurer 23 années de prestations.
Dernier avantage de nos élus : en cas de décès, le veuf ou la veuve reçoit 66% de la pension du défunt, sans condition de ressources.
Or, dans le privé, les conditions pour recevoir une pension de reversion sont tellement drastiques que le conjoint survivant ne perçoit rien du régime général dès lors que ses ressources personnelles dépassent 1528 €uros par mois.

Y a pas un problème là! Alors que l’on nous rabache partout qu’il faut faire des sacrifices en allongeant la durée de cotisation pour préserver notre système de retraite.
Je rappelle tout de même que ces « gens » sont élus par le peuple, et pour servir les citoyens. Non pas pour s’engraisser sur le dos du peuple!

Allez les jeunes, gardez le moral ! Plus que XXX années à cotiser pour avoir une retraite de misère.

A lire également, cette page Facebook édifiante pour avoir encore plus les nerfs.

Et en bonus, voici un petit site que je viens de découvrir et qui recense le « temps de présence » de nos cher députés ! Ca va certainement en faire hurler plus d’un.
C’est vrai qu’avec un taux se présence moyen comme celui là, ils méritent bien leur retraite au bout de seulement quelques années de dur labeur au service des contribuables…

About these ads


Laisser un commentaire

About these ads