Actu Web Publié par le

Coup de tonnerre dans le monde du Direct Download avec la fermeture de Megaupload par le FBI


Tout le petit monde du piratage est en émoi. Le site Megaupload.com qui permettait d’héberger des fichiers et de les partager sur internet vient d’être fermer par la justice américaine.
Pour rappel, Megaupload offrait des milliers de films, séries, émissions de télévision ou chansons en libre accès, par téléchargement direct ou streaming.
Depuis le 5 janvier, le plus grand site internet de partage de fichiers en ligne au monde est ainsi accusé avec son fondateur, de contrevenir aux lois sur la piraterie et de faciliter le piratage de films.
Les procureurs fédéraux de Virginie ont ainsi fait fermer le site-mère, et une vingtaine de noms de domaine affiliés à Megaupload.com (Megastuff.co, Megaworld.com, Megaclicks.co, Megastuff.info, Megaclicks.org , Megaworld.mobi, Megastuff.org, Megaclick.us, Mageclick.com, HDmegaporn.com, Megavkdeo.com, Megaupload.com, Megaupload.org, Megarotic.com, Megaclick.com, Megavideo.com, Megavideoclips.com, et Megaporn.com).


Kim Dotcom, fondateur de Megaupload, faisait la promotion, sous forme de vidéo, accompagné de stars du top 50 US, comme P. Diddy, Will.i.am, Snoop Dogg, Kanye West, Chris Brown…

Megaupload Song HD

Mais ce jeudi 19 janvier, 4 responsables du site basé à Hong Kong, dont son fondateur, Kim Dotcom, 37 ans, ont été interpellés à Auckland (Nouvelle-Zélande) sur la base de plus de 20 mandats d’arrêt délivrés par les Etats-Unis et lancés dans huit pays. L’acte d’accusation reproche à la société d’avoir fait perdre plus de 500 millions de dollars aux ayants droits.
Au total, ce sont 7 personnes et 2 sociétés (Megaupload Limited et Vestor Limited) qui ont été inculpées aux États-Unis.

  • Kim Dotcom : PDG de Megaupload, résidant à Hong Kong. Arreter
  • Finn Batato : Directeur du marketing, basé en Allemagne. Arreter
  • Julius Bencko : Designer résidant en Slovaquie. En fuite
  • Sven Echternach : Directeur technique, résidant en l’Allemagne et à Hong Kong. En fuite
  • Andrus Nomm : Développeur en chef des produits Megaupload résidant en Turquie et en Estonie. En fuite
  • Bram van der Kolk : Responsable infrastructure réseau résidant entre les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande. Arreter

La justice néo-zélandaise s’est prononcée contre la mise en liberté sous caution des quatre responsables du site.
La police néo-zélandaise indique avoir effectué des perquisitions dans dix endroits d’Auckland, dont la vaste demeure de Kim Dotcom, appelée « Dotcom Mansion ».
Les policiers ont saisi 64 comptes bancaires, mais aussi de près d’une vingtaine de voitures de luxe, dont une Maserati, une Cadillac rose de 1959, une Rolls Royce Phantom, une Rolls-Royce coupé, une Lamborghini, et de nombreuses Mercedes.
Les associés de Kim DotCom sont activement recherchés par la police américaine. Ils risquent jusqu’à 60 ans de prison.

Les stats de Megaupload d’après le FBI :

  • 150 millions d’inscrits.
  • 50 millions de visiteurs par jour.
  • 175 millions de dollars de recettes depuis septembre 2005 (25 millions dans la pub et 150 millions avec les abonnements premium).
  • 110 millions de dollars reversé entre 2006 et 2011 sur un compte PayPal (utilisé pour payé les fournisseurs).
  • 42 millions de dollars perçus par Kim Dotcom, qui possède l’essentiel des parts des différentes structures.
  • 25 péta-octets de données hébergées chez Carpathia Hosting, sur plus de 1000 serveurs dont 525 à Ashburn en Virginie.
  • 30 employés répartis dans 9 pays.
  • 630 serveurs hébergés par l’hébergeur néerlandais LeaseWeb.
  • Des serveurs en France accessibles via le fournisseur de transit Cogent.
  • Une facture d’hébergement de serveurs et de bande passante de 65 millions de dollars depuis 2005.

Megaupload était le 13ème site le plus populaire du monde.
Le FBI indique par ailleurs avoir saisi plus de 50 millions de dollars d’actifs, de matériel et de serveurs aux Etats-Unis, au Canada et au Pays-Bas.
En France, plus de 3 millions d’internautes consommaient chaque mois des vidéos sur Megavideo selon Médiamétrie.
La fermeture du site a été suivie de représailles du collectif de pirates Anonymous, qui a annoncé sur Twitter avoir mis hors service les sites du FBI, du ministère de la Justice américain, de la maison de disque Universal Music et de l’association professionnelle du disque RIAA.
Megaupload n’avait sur le fond rien d’illégal et permettait le partage de fichiers légaux par n’importe quel utilisateur ; mais l’utilisation faite par de nombreux pirates et sites de diffusion de contrefaçons aura eu raison de ce service.

SOPA et PIPA, les 2 projets de loi américains souhaitant lutter contre le téléchargement illégal n’ont pas finit de faire parler d’eux…

Pour en savoir plus, lisez les excellents articles de Clubic ou de Numérama.

About these ads


2 Comments

  • A quand la condamnation des fabricants d’arme, car si on suit cet exemple ils sont responsables de ce qu’ils fabriquent.
    La liberté devient de plus en plus rare :s

  • […] et propriétaire de feu Megaupload va faire son grand retour ! Et oui, vous avez bien lu, Megaupload devraient être de retour d’ici la fin de l’année. Mais pour l’instant, c’est son […]

Laisser un commentaire

About these ads